GALERIE D'ART
BANQUE D'IMAGES
VOZ'REZO

Nos artistes
Tirages d'art certifiés
Encadrement
Faire un cadeau
Location d'espace
Offre entreprise
Une oeuvre à la loupe
Témoignages
In Situ
Qui sommes-nous ?
Notre vision
 
Une oeuvre à la loupe..."Black Dreams Wedding" d'Anthony Barboza
Occasionellement, la VOZ'Galerie offre une carte blanche à un spécialiste de l'art afin qu'il s'exprime sur une photographie de son choix, parmi les oeuvres de nos artistes. Stéphanie PIODA, historienne de l'art et journaliste, nous invite à partager sa vision de "Black Dreams Wedding", une image tirée de la série White Sheets/ Black Dreams du photographe américain Anthony Barboza.


© Anthony Barboza


"Black Dreams Wedding" d'Anthony Barboza

" Lieu d’abandon à un sommeil et à la douceur des rêves inspirés par Morphée, le lit devient sous l’objectif d’Anthony Barboza le théâtre d’un discours critique acide et parfois violent de la société américaine. Ici, il est possible de lire cette photographie de plusieurs façons. Le plus beau jour de la vie de cette jeune mariée se transforme en cauchemar sourd. Le blanc maculé des tâches sur ses manches pourrait évoquer la perte de virginité que la jeune fille aurait préservée jusqu’à son mariage, respectant ainsi le poids d’une tradition désuète. Elle gît sur le lit recouvert de sa robe magistralement apprêtée aux plis baroques, faisant d’elle une sculpture monumentale flottant sur les draps noirs.

Elle subit son sort. Elle ne peut plus se rebeller, le bandeau sur sa bouche la privant de parole : même le cri lui est interdit. Elle accepte son sort. Les jambes et les bras écartées, son sexe est offert à un futur mari qu’elle n’aurait pas choisi ou peut-être cette position résume-t-elle un drame qui viendrait de se produire : un viol, faisant basculer le plus beau jour de sa vie en descente aux enfers. Ou encore, Barboza nous raconte-t-il l’histoire de ces jeunes filles répudiées car non vierges le jour J ?

Le poisson à sa droite rappelle le symbole des premiers Chrétiens persécutés par les Empereurs romains. Alors, cette jeune femme aurait été sacrifiée pour racheter les péchés de la communauté afro-américaine ? Celle qui a tant souffert et que Barboza met en lumière dans ses photographies depuis les années 1970.

Quelque soit la lecture, il y a beaucoup de violence dans cette image, esthétisée malgré tout par cette théâtralisation et ce jeu d’opposition des noirs et blancs. "

Stéphanie Pioda
historienne de l'art et journaliste


 
 


"Banque d'images" spécialisée dans la photo d'illustration créative destinée à la vente en ligne de droits d'auteur et de tirages d'art,
dédiée aux utilisateurs professionnels et à la communauté des amateurs de photographies argentique et numérique.