GALERIE D'ART
BANQUE D’IMAGES
VOZ’REZO

Edito
Qui sommes-nous ?
Notre vision
 
Lexique

Achat coup de coeur :
Représentée par le picto , cette option donne l'opportunité à un visiteur (même non inscrit sur le site) d'émettre un souhait d'achat de tirage d'art ou de licence d'exploitation d'une image. Cela permet ainsi  à  un membre d'être sollicité pour la vente de ses images, même s'il n'a encore aucune image sélectionnée dans les espaces Galerie d'art ou Banque d'images.


ADAGP :
Société des Auteurs Dans les Arts Graphiques et Plastiques. Société française de gestion collective des droits d’auteurs dans les arts visuels, l’ADAGP représente environ 80 000 auteurs dans différents domaines (peinture, sculpture, photographie, multimédia…).


AG facolor :
procédé de tirage qui utilise une bande simple de film que l’on recouvre de trois couches d’émulsion, chaque couche correspondant à une couleur primaire.


Ajouter un commentaire :
Répresentée par le picto , cette fonction donne la possibilité aux membres de poster des appréciations et réflexions suscitées par une image.


Albuminé (tirage) :
(ou au papier albuminé) : type de tirage le plus courant au cours du XIXème siècle, le tirage albuminé a une technologie similaire à celle des papiers salés, il s'en distingue cependant par un aspect particulier : utilisée comme liant des sels d'argent, l'albumine confère à l'image une surface brillante et permet l’obtention de meilleurs contrastes. Les épreuves photographiques s’obtiennent par noircissement direct, par contact avec le négatif. Certaines épreuves moins brillantes ont pu être réalisées par dilution de l'albumine (papiers salés albuminés) ou par l’ajout d'amidon dans la couche sensible (tirages mats à l'albumine).


Albuminé (tirage) :
 Albuminé (tirage) : (ou au papier albuminé) : procédé de tirage le plus courant au XIXème siècle, le tirage albuminé est d’une technologie analogue à celle des papiers salés, il s'en distingue cependant par son aspect bien particulier : l'albumine, utilisée comme liant des sels d'argent, confère à l'image une surface brillante et permet d'obtenir un meilleur contraste. Les épreuves sont obtenues par noircissement direct, par contact avec le négatif. Des épreuves moins brillantes ont été réalisées par dilution de l'albumine (papiers salés albuminés) ou par ajout d'amidon dans la couche sensible (tirages mats à l'albumine).

Ambrotype :
(ce procédé fut connu sous le nom de « collodion positif » en France et « Verrotype » en Grande Bretagne), procédé photographique élaboré par James Ambrose Cutting en 1854, ce type de développement a concurrencé le tirage daguerréotype car l’obtention des images était plus rapide (2 à 4 secondes) et son prix de revient moins élevé, de plus il ne présente pas le phénomène de miroitement du daguerréotype.
Le négatif est posé sur une plaque de verre au collodion humide, sous-exposé à la prise de vue puis chimiquement blanchi au développement. Posée sur fond noir, ou si le côté non émulsionné de la plaque est recouvert d’un vernis noir ou rouge (ambrotype rubis), l’image se révèle en positif. Ce type de tirage est généralement utilisé pour les portraits et les paysages.



Argentique :
Le développement d’un film argentique noir et blanc ou couleur, rend celui-ci utilisable et visible après la prise de vue par trois étapes : les images négatives ne sont plus latentes (elles sont visibles), le film n’est plus sensible à la lumière, le support ne contient aucun produit chimique qui pourrait le détériorer dans le temps. Le tirage argentique est une étape dans le processus de restitution d’une image présente sur une pellicule, ainsi, il s’agit du transfert de l’image sur du papier à partir d’une pellicule développée en agrandissant l’image originale du négatif.
Le processus de tirage argentique se décline en plusieurs étapes : l’exposition du négatif, la révélation de l’image (le révélateur, comme son nom l’indique, est une solution liquide qui va révéler l’image sur le papier photosensibilisé au préalable), le rinçage, la fixation de l’image, les virages (pour les épreuves en noir et blanc, consistent en un traitement supplémentaire pour donner une couleur dominante à l’épreuve. Ex : virage sépia, virage à l’or, virage bleu…), le lavage final et enfin le séchage. Il est également possible de faire des repiques ou des retouches à l’issue du processus.



Autochrome :
Inventé en 1904 par les frères Lumière, cette plaque autochrome en verre est recouverte d’une mosaïque de grains de fécule de pomme de terre colorés.


Autorisation de droit de reproduction et représentation :
Qu’ils s’agissent d’une personne majeure ou mineure ou bien d’un objet, vous devez  pour reproduire ou représenter une image fixe ou animée d'une personne contemporaine ou d’un bien, vous devez obtenir une autorisation de diffusion de prise de vue. Téléchargez gratuitement des modèles (PDF)
Voir droit à l’image


Banque d'images :
Une banque d’images (ou photothèque) est une banque de données qui regroupe de plusieurs milliers à plusieurs centaines de milliers de photos, d’images ou d’illustrations.
Les images provenant de ces photothèques sont souvent utilisées à caractère illustratif dans les magazines, les journaux, les brochures, les sites Internet, les emballages et les supports médiatiques, décoratifs, publicitaires, électroniques ou imprimés.


Bon à tirer (BAT) :
Le BAT (Bon à tirer) est le tirage de référence réalisé en concertation entre l’auteur et le tireur au laboratoire. Ce modèle est signé par l'auteur et  sert de repères pour tirer les exemplaires d’une même série.

Bromoil :
procédé qui consiste à blanchir l’image argentique et à durcir la gélatine qui absorbe le pigment gras préalablement appliqué.


Cadres Aluminium :
Proposé en couleur noir mat ou gris alu, le cadre aluminium permet de positionné le tirage,  fixé à l’aide de coins photos et  protégé par passe partout et un verre. Sa baguette profilée large de 1 cm, ceintre la photographie avec discrétion et élégance, laissant la part belle à l'oeuvre.
Il convient particulièrement aux petits et moyens formats.
Le verre prévient des radiations uv et protège l’image contre le jaunissement et le vieillissement prématuré.
Le cadre en aluminium extrudé dans les meilleurs alliages, très approprié à la photographie, tant sur le plan esthétique que technique, le cadre alu est un incontournable qui allie design , tradition et sécurité.


Caisse Américaine :
Une caisse américaine, est un type d'encadrement qui combine deux éléments : un tirage photo contrecollé un support fin et rigide, parfaitement plat, et un encadrement dont la baguette moulurée en L est profilée en largeur mais aussi en hauteur de sorte que la photographie est présentée décalée dans la profondeur par quelques centimètres. il en résulte une impression de relief. Le résultat très qualitatif assure un mise en en valeur tri-dimensionnelle de la photographie. le positionnement en retrait par décalage dans l'espace protège l'oeuvre des effleurements et l'absence de vitre évince tout risque de reflet..


Calibration :
Ensemble de réglages opérés en vue d’harmoniser les différents éléments de la chaîne graphique (écran, imprimante …)


Calotype :
breveté par William Henry Fox Talbot en 1841, ce procédé permet d’obtenir un négatif papier direct, l’image positive peut donc être reproduite ensuite par simple tirage contact. Le procédé négatif-positif deviendra le fondement de la photographie argentique moderne.


Calque :
On décompose une image en plusieurs plans virtuellement transparents, appelés calques, qui représentent différents aspects ou éléments d’une image. Le calque inférieur est appelé calque d’arrière plan, et les calques supérieurs sont des composants du premier plan. L’image finale est une représentation de la superposition de tous les calques.


Cartel :
étiquette ou plaquette posée à côté d’une oeuvre exposée et identifiant l' artiste auteur de cette oeuvre, le titre,la date, la technique, les dimensions, le prix.


CD-Rom :
Compact Disc Read Only Memory. Support informatique utilisé pour l‘enregistrement des données multimédias (sons, images, textes...).


Charbon (tirage au) :
Le tirage au charbon appartient à la famille des procédés pigmentaires et utilise la photosensibilité des sels de chrome. Breveté par Poitevin en 1855, son nom provient du carbone utilisé comme pigment dans la gélatine.
Une feuille de papier enduite d’une couche de gélatine sensibilisée au bichromate et colorée par un pigment est exposée à la lumière UV sous un négatif. Le papier pigmenté est alors mis en contact avec le papier transfert, gélatine contre gélatine. Après une vingtaine de minutes de séchage, le dépouillement de l’image se fait dans de l’eau tiède. Les parties non insolées se dissolvent en entraînant le pigment, laissant apparaître le papier (parties claires), les parties insolées sont tannées par l’action du sel chromique et sont donc insolubles, elles emprisonnent le pigment (parties sombres de l’image). L’image se forme donc en relief : plus la partie de l’image est sombre, plus la couche de gélatine est épaisse.



Charbon direct (tirage au) ou Fresson (tirage) :
Le procédé au charbon direct repose sur le principe élaboré en 1899 par Théodore-Henri Fresson : une couche de gélatine sensibilisée au bichromate de potassium ou d’ammonium devient insoluble lorsqu’elle est soumise aux UV, cette insolubilité étant proportionnelle à la quantité de lumière reçue. Cette propriété subsiste si, à ce mélange de gélatine et de bichromate alcalin, sont ajoutées des couleurs indélébiles. Ainsi, à la lumière sous un négatif, les parties correspondantes aux transparences du cliché seront insolubles, tandis que les parties cachées par les opacités du cliché resteront solubles. Il en résultera une image positive comprenant la gamme allant du noir au blanc en passant par les demi-teintes intermédiaires.


Châssis :


Centrés au dos des collages, les châssis ne possèdent pas moins de deux particularités.
Ils constituent dans un premier temps, un système d’accroche idéal.
Ils permettent dans un second temps, une excellente planéité de l’œuvre.
Les châssis de suspension aluminium
Les châssis sont profilé aluminium rigide, finition nickel brossé peuvent est recouvert d'une toile.
Il peut-être rentrant (5 cm du bord du collage) ou affleurant au collage (pour donner de la profondeur à l’œuvre).


Chromie :
Gestion de l’équilibre entre les diférentes couleurs constitutives d’une image.


Cliché :
Plaque ou pellicule exposée à la lumière et constituant une épreuve photographique.

CMJN ou Quadrichromie :
Méthode de représentation des couleurs basée sur leur décomposition dans les trois couleurs primaires : Cyan, Magenta, Jaune, auxquelles on ajoute le Noir.


Collodion humide :
inventé par Frederic Scott Archer en 1851, ce procédé photographique a connu une grande popularité jusqu’à la fin du XIXe siècle. Il permettait d’obtenir des images d’une grande finesse et de rendre une gamme de gris très étendue. Néanmoins, l’inconvénient de cette technique était le temps très court entre la préparation du négatif, l’exposition et le développement, car une fois sec, le négatif devenait impossible à développer.


Contrecollage :
 Le contre collage est un collage à plat, bords à bords, sur différents supports tel que Aluminium, Dibond, PVC, mousse, verre acrylique …

Cette technique peut être utilisée pour coller tout type de papier, optimiser la planéïté et la conservation dans le temps. L’adhésif employé est de PH neutre.


Contretype :
(ou reproduction), est obtenu à partir d’une épreuve photographique rephotographiée. Sa matrice n’est donc pas le négatif original de prise de vue qui a été perdu ou détérioré.


Cookie :
Petit fichier texte stocké par le navigateur Web sur le disque dur de l’utilisateur. En cas de visites répétées sur un même site, il permet au webmaster de personnaliser son site pour l’utilisateur, de lui présenter des informations plus pertinentes, et surtout d’éviter la saisie répétitive d’informations (identifiants…).


Cote :
Indication de la valeur marchande d’une œuvre d’art, obtenue par constat officiel lors de sa dernière vente aux enchères. La cote varie en fonction de divers critères.


Couleurs primaires :
Couleurs de base utilisées pour fabriquer le spectre complet des couleurs. Selon le modèle, il peut s’agir du rouge, du vert et du bleu (synthèse additive), ou du cyan, du magenta et du jaune (synthèse soustractive).


Crédit d'images :
Chaque membre peut mettre en ligne 3 images par jour dans le portfolio du VOZ'Rezo. Passé ce crédit journalier, il pourra recommencer seulement le lendemain. La sélection d'un auteur en Galerie d'art ou Banque d'images lui ouvre un crédit d'images de 6 uploads par jour.


Cyanotype :
procédé de tirage bon marché qui donne généralement une image blanche sur fond bleu.


Daguerréotype :
il s’agit d’une image sans négatif exposée sur une surface en argent polie. Ce procédé est l’un des premiers à afficher et enregistrer une image de façon permanente, de ce fait il est rapidement utilisé commercialement.
Découvert en 1839 par Jacques Louis Mandé Daguerre, ce procédé photographique consiste en une plaque de cuivre recouverte d’une couche d’argent sensibilisée à la lumière par des vapeurs d’iode ; l’argent et l’iode en se combinant produisent de l’iodure d’argent photosensible. Il suffit ensuite d’exposer la plaque à la lumière, elle enregistre ainsi une image invisible dans un temps d’exposition de 20 à 30 minutes. Pour développer l’image, des vapeurs de mercure agissaient sur l’iodure d’argent, faisant ainsi apparaitre les zones touchées par la lumière. Les zones non impressionnées par la lumière restaient sombres ; l’image ainsi obtenue peut être enlevée en chauffant la plaque, permettant au mercure de s’évaporer et de révéler les zones exposées ou non qui forment l’image.



Définition :
Nombre de points composant une image, souvent donné par le produit du nombre de pixels en hauteur par le nombre de pixels en largeur. Ex : 200x450.


Diasec :
 Le Diasec est un matériel de marque déposée spécialement étudié pour la mise en valeur et la conservation des photographies.
Le tirage est collé par sa face image contre une plaque de méthacrylate transparente et anti-UV. Une plaque d'aluminium est collée au verso du document pour le protéger.
Sur le plan technique, le Diasec est plus résistant que le verre, l’œuvre bénéficie ainsi d’une protection maximale contre les rayons UV, les risques de rayures ou encore d’ondulation de l’image.
Sur le plan artistique, le contraste et les couleurs sont magnifiés et les détails les plus fins accentués.
Cela donne à l’œuvre une nouvelle profondeur ainsi qu’une netteté et une intensité inégalées.


Dibond :
 Matériau composite muni en son centre d'une épaisseur de polyéthylène de couleur noire entre 2 plaques rigides externes en aluminium.
Les plaques en aluminium sont laquées en noir avec du polyester. Ce revêtement noir, atténue les ombres portées au mur, accroissant ainsi le rendu aérien. Le Dibond est rigide, protégé contre les UV et l'humidité, à la fois solide et léger, il est imputrescible et inoxydable et garant de longévité
L’œil est en contact direct avec l’œuvre, la matière et la texture du papier .il dispense du cadre et des marges qui ne sont pas toujours neutres dans le rapport que les artistes veulent établir entre le public et leurs œuvres. Son châssis de suspension permet une accroche en retrait du mur favorisant une mise en avant dans un effet de « lévitation » Il convient particulièrement aux grands formats
 Deux plaques minces d’aluminium entourent une âme en matériaux composite. Sa tenue à la lumière, à la température, à l’humidité et au feu est excellente sa stabilité dimensionnelle, sa surface très plane, son faible poids en font le support incontesté des œuvres à conserver.


DPI Dot Per Inch ou point par pouce :
(1 pouce = 2,54cm), parfois appelé ppp. Unité de mesure de la résolution d’une image, donnant le nombre de pixels (points) contenus dans un pouce.


Droit à l’image :
Le droit d'une personne de gérer l'exploitation personnelle de son nom, ou la reproduction de son apparence physique sous forme de photographie ou portrait.


Droit au respect de la vie privée :
Ce droit repose sur le principe selon lequel tout individu a droit à une vie privée qu’il peut soustraire au regard d’autrui.


Droit de représentation :
Selon par l’article L 122-2 et L 122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle, la représentation est l'acte de communiquer l'oeuvre au public directement ou indirectement. Le droit de représentation, droit pour l’auteur d’autoriser cette représentation, s'applique dans tous ces cas. Par exemple, l'exposition publique d'une oeuvre d'art constitue une représentation directe ; l'oeuvre d'art intégrée dans une oeuvre audiovisuelle constitue une représentation indirecte.


Droit de reproduction :
Selon l’article L 122-3 et L 122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle, la reproduction consiste en la fixation de l'oeuvre sur un support. L'autorisation de l'auteur est requise dès lors que la fixation de l'oeuvre sur un support est destinée à être communiquée au public (par exemple, reproduction dans un livre, sur un poster, un cédérom, un serveur informatique…). Le droit de reproduction est le droit qu’a l’auteur (ou ses ayants droit pendant 70 ans après sa mort) d’autoriser cette reproduction.


Droit de suite :
LA DIRECTIVE 2001 / 84/CE du parlement européen et du conseil du 27 septembre 2001 a étendu aux pays de l’union européenne, et à l’ensemble du marché, le droit de suite au profit de l’auteur d’une oeuvre d’art originale. Ce droit qui est un droit d’auteur accorde à l’ artistes un intéressement économique aux reventes successives de son œuvre. Le droit de suite est un droit inaliénable auquel il ne peut être renoncé. Il s’exerce pendant 70 ans après la mort de l’artiste.


Droits à usage unique :
Droit de reproduire une séquence ou une image une seule fois, pour un usage, un territoire, et un terme spécifiés.


Droits exclusifs :
Droits exclusifs de reproduction d'un travail, généralement limité à sa transmission dans un délai, une zone géographique, une industrie et une publication donnés. Pendant la durée de cette période, ou à l’intérieur de la zone d’exclusivité, les mêmes droits ne peuvent pas être détenus par une autre partie.


Droits gérés :
Droits d’utilisation d’une image, dont le prix est calculé au cas par cas en fonction des paramètres de l’utilisation : dimension, emplacement, durée d’utilisation, distribution géographique, périodicité... Les produits dont les droits sont protégés sont en général des produits de haute qualité sous licence.


Droits moraux :
Droits extrapatrimoniaux, attachés à la personne de l'auteur, qui tendent à conserver et défendre son œuvre et sa personne dans ses rapports avec les tiers qui sont les utilisateurs de l'œuvre. Ils interdisent ainsi la modification, l’édition ou l’utilisation de son œuvre dans un contexte dégradant sans la permission de l’auteur. Ces droits sont incessibles.


Droits non exclusifs :
Condition de licence d'images spécifiant que l'usager n'a pas l'usage exclusif de l’image, c’est-à-dire qu’il n’y a aucune restriction sur les licences accordées simultanément aux autres usagers de cette image.


Droits patrimoniaux :
Les droits patrimoniaux correspondent aux droits pour l'auteur d'une œuvre d'obtenir une juste rémunération suite à l'exploitation de cette œuvre. Ces droits peuvent être cédés ou concédés, leur durée est de 70 ans après la mort de l'auteur en France et dans les pays de l'Union Européenne. Ainsi, en cas de décès de l'auteur, ce sont les héritiers de l'auteur qui seront titulaires des droits d'auteur pendant 70 ans. Après cette date, l'oeuvre tombe dans le domaine public, c'est-à-dire qu'elle est à la disposition de tous et peut être exploitée librement.
Les droits patrimoniaux comprennent les droits de reproduction et de représentation.


Droits renouvelables :
Les droits de renouveler une licence en cours d'utilisation pour une image.

Dye destruction print (ou dye bleach) :
voir Ilfochrome.


Dye transfer :
technique d’impression couleur papier issue du trichrome au charbon. Ce procédé possède la qualité d’un rendu maximum des couleurs. Découverte au milieu des années 70 par William Eggleston ou inventé par Kodak, le « dye-transfer » est un transfert hydrotypique mis en œuvre pour le tirage de positif couleur sur papier. Procédé extrêmement lent et délicat, il permet un véritable éclat des couleurs qui se rapproche des pratiques artisanales picturales. Malgré cette complexité opératoire il reste le procédé le plus élaboré utilisé jusqu’à ces dernières années car les colorants utilisés sont bien plus solides que ceux couramment utilisés dans les émulsions à couches superposées. Le tirage hydrotypique présente néanmoins de nombreux avantages : images transparentes, emploi de pellicules de structure simple, travail à la lumière du jour.


Editing :
Dans le monde de la photographie, l'éditing est une opération permettant le tri sélectif des images.

E-mail :
Message électronique circulant à travers un réseau informatique

Espace couleur, ou Espace colorimétrique :
Modèle standard de représentation des couleurs, qui en définit le codage numérique. Il existe de nombreux espaces colorimétriques : L*a*b, RVB, CMJN, TSL, HSL, YCC, xyz, LCH, etc.


Espace Perso :
Dans l'espace VOZ'Rezo,chaque auteur, dés lors qu'il est connecté, accède à son Espace perso. Cet Espace lui permet de modifier son profil, gérer ses images et son Portfolio dans  VOZ'Rezo, suivre les différentes étapes de production de ses images en Galerie d'art et plus tard en Banque d'images.


Exif :
Exif ou Exchangeable image file format désignent les données introduites dans des photos par un appareil photo numérique. Elles regroupent les caractéristique suivantes: la vitesse d'obturation, l'état du flash, la focal, la marque de l'appareil, le modèle de celui-ci et la date de la prise de vue.


Exposition :
Action de soumettre une pellicule photographique à une quantité de lumière déterminée par la taille et la vitesse de l’ouverture d’un diaphragme, pour obtenir une image latente.


Fac-similé :
c’est une épreuve obtenue par reproduction ou à partir du négatif original, dont le support de tirage et le traitement associé sont identiques à ceux employés par l'image de référence (généralement un vintage).


Ferrotype :
Mise au point en 1852 par Adolphe-Alexandre Martin, cette technique photographique évinça petit à petit l’ambrotype du fait de son faible coût et de la rapidité du procédé.
Une fine plaque de fer est recouverte d’un vernis noir ou noircie au charbon et d’une émulsion au collodion produisant ainsi après l’exposition et le développement une image positive directe.



Filigrane :
Logo ou marque tatoué de manière visible ou invisible sur une image


FTP (File Transfer Protocol) :
Système de transfert de données d’un ordinateur à un serveur n’appartenant pas au même réseau, par le biais d’un modem ou d’une ligne téléphonique.


Galerie d'art :
La Galerie d'art de VOZ'Image est spécialisée dans la vente de tirages photographiques originales, réalisés sous contrôle de l'auteur, signés et en édition limitée de 1 à 30 exemplaires. Notre vocation est d'exposer à la vente en ligne et dans notre Galerie de Boulogne-Billancourt le travail d'auteurs aux styles riches et variés, photographes confirmés ou au début de leur chemin d'auteur.


Gélatino-bromure d’argent (Tirage au) :
En 1871, Richard Leach Maddox publie ses travaux sur le gélatino-bromure d’argent. A partir de 1880, cette technique « sèche » (les plaques sont préparées longtemps avant la prise de vue, évitant au photographe d’emporter avec lui des produits chimiques et autre matériel jusque là indispensable à toute photographie) remplace progressivement les autres, notamment la technique au collodion. Utilisée essentiellement dans un premier temps pour produire le négatif, cette technique a été ensuite appliquée aux procédés positifs noir et blanc.
Les émulsions sont sensibilisées industriellement et vendues prêtes à l’emploi. Trois principaux types de supports ont été utilisés : les plaques de verres pour images négatives et positives ; les supports souples pour négatifs ; les papiers pour épreuves positives (tonalité noire neutre après développement de l’image latente).



Gérer mes images :
L'option "Gérer mes images" est accessible dans l'Espace perso des membres dans la rubrique "Mon VOZ'Rezo". Elle permet de supprimer une image du portfolio en cliquant sur . Pour modifier les informations liées à une image (titre, mots-clés, résumé...), il suffit de cliquer sur la vignette.


Gomme bichromatée (tirage à la) :
Le négatif est exposé sur une surface enduite de bichromate de potassium, de gomme arabique et de pigments. En fonction de la quantité de lumière que la gomme reçoit à travers le négatif, elle va durcir. Le développement se fait à l’eau, le bichromate se dissout dès le trempage, il ne reste alors sur le papier que la gomme et le colorant. Les zones de l’image non exposées aux UV sont alors débarrassées de la gomme pour laisser apparaître l’image pigmentaire.


Guide de soumission :
Ensemble des critères juridiques et techniques à respecter pour qu’une image soit sélectionnée dans la Banque d’images et la Galerie d’art de VOZ’image.


Holograhie :
Inventée par Gabor en 1947, c’est une méthode pour créer des images tridimensionnelles.


Http (HyperText Transfer Protocol) :
Système de transfert de données entre usagers d’Internet et serveurs Web.


Hypertexte :
Présentation arborescente de l’information, permettant une lecture non linéaire grâce à des liens activables entre les documents.


Ile Seguin :
 L'île Seguin est une île sur la Seine, dans l'Ouest de la région parisienne, dans le département des Hauts-de-Seine. D'une surface de 11,5 hectares, elle est située face à Meudon, juste en aval de l'île Saint-Germain, entre Boulogne-Billancourt, dont elle dépend administrativement, sur sa rive droite, et Sèvres sur sa rive gauche. Elle abrita de 1929 à 1992 une usine de construction automobile Renault qui couvrait la quasi-totalité de l'île. L'aménagement actuel et futur de l'île Seguin engage un programme d'exception à la fois culturel artsitique et environemental à Boulogne Billancourt


Ilfochrome :
(ou cibachrome ou dye destruction print) produit pas Ilford Photo, l’ilfochrome est un procédé de tirage couleur depuis un film inversible (diapositive couleur) ; il agit par destruction de pigments (également désigné comme « procédés par décoloration » ou « par blanchiment »). Ces tirages sont appréciés pour leurs qualités d’archivage, leur résistance au soleil et la pureté de leur blanc.
Les colorants sont incorporés aux couches sensibles du papier au moment de sa fabrication. L'avantage de cette technologie réside dans la possibilité de contrôler les propriétés de pureté et de stabilité à la lumière de ces éléments constitutifs de l'image photographique. Leur maîtrise confère au Cibachrome des qualités uniques. Après exposition, la feuille de papier est développée. La restitution finale des couleurs se fonde sur la plus ou moins grande destruction des colorants présents lors du traitement.



Image basse définition :
Image dont la résolution n’excède pas une densité d’information de 72 pixels par pouce (1 pouce =2,54cm)


Image haute définition :
Image dont la résolution, supérieure ou égale à une densité d’information de 300 pixels par pouce (I pouce =2,54cm), lui confère un potentiel d’utilisation professionel. 


Image présente dans la Banque d'images :
Le picto signifie que l'image a été sélectionnée en Banque d'images et fait l'objet d'un contrat avec VOZ'Image. Dans un premier temps, il est possible d'acheter grâce à l' Achat coup de coeur ", une licence photographique de droits gérés, avant même l'ouverture prochaine de la Banque d'images.


Image présente dans la Galerie d'art :
Le picto signifie que l'on peut retrouver l'image en Galerie d'art et en acheter un tirage numéroté et signé.


Image-maquette :
Image  en basse définition destinée à la visualisation de projet sous forme de « rough ». Sa définition ne peut excèder 640x150 DPI.


Impression 3D :
L'impression 3D est une technique de prototypage rapide. Mise au point par le MIT (Massachusetts Institute of Technology), elle permet de produire un objet réel à partir d'un fichier CAO en le découpant en « tranches » puis en déposant ou solidifiant de la matière couche par couche pour, obtenir la pièce terminée. C'est l'empilement de ces couches qui crée un volume.


Impression pigmentaire :
L'impression, comme la teinture, est un procédé destiné à appliquer de la couleur sur un support. Mais au lieu de colorer l'ensemble du support (papier, étoffe, tapis, fil) comme dans la teinture, la couleur d'impression n'est appliquée qu'à des zones définies afin d'obtenir l’image.
Comme tout procédé d’impression, l’impression pigmentaire se déroule en général comme suit : préparation de la pâte d’impression sous forme d’une solution aqueuse. La pâte d’impression contenant les pigments est ensuite appliquée au support, puis le papier est séché et les colorants fixés à l’air chaud.
Les tirages sont généralement réalisés sur papiers 100% pur coton mats ou satinés, papiers dont la blancheur permet d’obtenir d’excellents contrastes aussi bien en Noir & Blanc qu’en Couleur. Les papiers satinés ont une surface comparable au papier argentique traditionnel et ont été conçus pour obtenir le rendu Baryté (N&B) ou Cibachrome (couleur). Le couple encres-papier garantit donc un rendu et une durée de conservation optimale.



In situ :
Un aperçu des tirages vendus en situation dans l'univers personnel de l'acquéreur.


Indemnisation :
Dédommagement compensatoire relatif à des engagement, réclamations, pertes ou dommages.


Internet :
Réseau informatique mondial constitué d’un assemblage de réseaux internationaux, nationaux, régionaux et privés de différentes taillese, interconnectés par le protocole IP et qui interagissent pour offrir au public une interface unique.


Interpolation :
Lors de l’agrandissement d’une image, les pixels s’espacent lorsque l’image initiale manque de résolution. Les espaces vides sont comblés par des pixels artificiels construits par interpolation c’est à dire calculés sur la base des pixels environnants.
Différentes méthodes d’interpolation existent les méthodes lentes sont plus performantes  que les méthodes rapides.


JPEG :
Joint Photographic Experts Group (Groupe commun d'experts photographiques). Standard de compression et décompression des images, à taux de compression ajustable, acceptant toutes les profondeur de couleurs  et  qui porte le nom du groupe qui en a établi les normes. La compression génère des pertes d’information qui altèrent la qualité de l’image, il ne faut donc pas en abuser. Ce standard est identifié par les extensions :jpg, JPG, jpeg.


Le vote tremplin :
Le vote permet au membre de donner un avis favorable afin qu'une photo intègre la Banque d'images et/ou la Galerie d'art de  VOZ'Image.


Les parutions dans la catégorie Banque d'images :
Aperçu de parutions recueillies suite à la vente de droits d'exploitation en Banque d'images.


Les plus collectionnées :
Liste des photos qui ont été le plus sélectionnées par les membres dans leur " collection " de photos favorites. Cette fonctionnalité est en cours de développement.


Les plus commentées :
Liste des photos qui ont fait l'objet du plus grand nombre de commentaires de la part des membres.


Les plus cotées dans la catégorie Galerie d'art :
Liste des meilleures ventes de tirages de la Galerie d'art. Grâce au picto , retrouvez cette image présentée dans l'espace Galerie d'art.


Les plus récentes :
Liste des dernières photos mises en ligne dans VOZ'Rezo. Dans cette rubrique et conformément au conditions d'utilisation du site, VOZ'Image se réserve le droit d'effectuer une sélection  ou de suspendre une image.


Les plus vendues dans la catégorie Banque d'images :
Liste des photos exposées dans VOZ'Rezo qui ont été le plus vendues en Banque d'images. Cette fonctionnalité est en cours de développement.


Les plus votées dans la catégorie Banque d'images :
Liste des photos qui ont reçu le plus de " vote tremplin " pour accéder à la Banque d'images de VOZ'Image.


Les plus votées dans la catégorie Galerie d'art :
Liste des photos qui ont reçu le plus de " vote tremplin " pour accéder à la Galerie d'art de VOZ'Image.


Libre de droits d'exploitation :
 L’achat d’un produit libre de droits d’exploitations permet de l’utiliser autant de fois qu’on le souhaite, sans payer de droits additionnels. Le tarif libre de droits d’exploitations est calculé uniquement sur la dimension requise, sans autres paramètres d’utilisation. Il s’oppose ainsi au tarif à droit géré.


Licence :
Terme juridique désignant le droit d’utilisation de la propriété d’autrui. Elle est généralement rédigée sous forme d’un accord relatant les droits respectifs des parties, sans mention d’un changement de propriété.


Licence d'exploitation :
 Par licence d'exploitation on entend la cession d'un droit d'utilisation et de reproduction d'une image à des fins illustratives qu'elles soient éditoriales ou commerciales.

Licence primaire :
Droits spécifiques de reproduction accordés ponctuellement pour une image protégée. Elle doit spécifier la durée d’utilisation, la région, l’industrie et l’usage, ainsi qu’éventuellement d’autres informations comme la taille, l’emplacement…


Liens hypertextes :
Connexions entre des données textuelles complémentaires situées à différents endroits sur Internet, activables à la demande.


Lumière ambiante :
Lumière caractéristique d’un lieu donné. Elle peut être définie par sa quantité, sa qualité, sa direction, sa source…


Lumière indirecte :
Lumière illuminant un sujet indirectement, grâce à un jeu de reflets.


Luminaire à faisceau large :
Equipement à large faisceau lumineux, produisant une lumière douce, du type de celle utilisée en studio.


Marie Louise :
Egalement appelée Passe-partout, la Marie-Louise est non seulement décorative mais évite le contact du tirage avec le verre : maintenu et isolé il ne risque pas de se déformer et de coller au verre en cas de variations hygrométriques. De ph neutre elle évince toute éventualité d’acidité et optimise la conservation des tirages argentique. En fonction du choix de ses dimensions apparaît une nouvelle lecture de la photographie qu'elle agrémente.
Les Marie-Louise biseautées permettent d’aérer les images de petite taille, de leur donner de la profondeur.Dotées d’un fond relié par charnières, ils assurent pour les collectionneurs une bonne tenue et facilite la manipulation des œuvres même non encadrées.


Mégaoctet :
Un million d'octets


N & B :
Noir et blanc.


Négatif :
Image photographique dont les proportions d’ombre et de lumière sont inversées. Les objets clairs du sujet original sont représentés par des zones foncées, les objets foncés par des zones claires et les objets colorés sont représentées par leur couleur complémentaire (par exemple un fruit rouge apparaît vert). L’original produit par l’appareil photo est en général un négatif.


Netteté :
Degrés de précision et d’accentuation des détails qui composent une image photographique


Niveaux de gris :
Une image en niveau de gris contient, à la place des informations de couleur, des informations de degré de gris, variant du blanc jusqu’au noir. Elle correspond à une image papier « en noir et blanc ».


Numérique :
Les données sous forme numériques sont codées en système binaire, à base de 1 et de 0, et peuvent donc être lues à partir d’un ordinateur.


Numérisation :
Opération qui consiste à transformer un document matériel (papier, négatif, diapositive) en fichier informatique.


Œuvre originale :
En matière de photographie, sont réputées oeuvres d’art, et bénéficient comme telles du régime spécial en matière fiscal ( article 297 A à 297 F du CGI ) les photographie prises par l’artiste, tirées par lui ou sous son contrôle, signées et numérotées dans la limite de 30 (trente) exemplaires, tous formats et supports confondus.

De manière générale, on définit une oeuvre originale comme une oeuvre qui porte l’empreinte de la personnalité de celui qui l’a créée. Il s’agit d’une notion subjective, à distinguer de la nouveauté (notion objective d’antériorité). En cas de litige, l’originalité est appréciée par le juge.


Original :
En prise de vue numérique on appelle original, le fichier natif directement issu de la capture par l’appareil. Ce fichier, vierge de toute manipulation est destiné à l’archivage et tout travail ou traitement est effectué sur un duplicata de ce fichier.
En prise de vue argentique l’original est le résultat de l’exposition d’une pellicule de film, développée pour produire soit un négatif soit un positif


Orotone (ou gold tone) :
un des nombreux types d’épreuve photographique qui peut être fait à partir d’un négatif. Un tirage Orotone est réalisé par une impression positive sur une plaque de verre precoated (VOIR traduction) avec une émulsion de gélatine d’argent. Suite à l’exposition et au développement, l’émulsion est enduite d’huile de banane imprégnée avec des pigments d’or colorés, de manière à obtenir une image aux tons dorés. Sinon, la plaque de verre mis au point peut être enduite de feuilles d’or à la main en utilisant des feuilles d’or de 23 carats.
Le tirage Orotone était considéré comme de l’art contemporain au début du XXe siècle. La plupart des tirages orotones ont été produits par le photographe américain Edward S. Curtis lors de son travail sur les Indiens d’Amérique.



Panier :
Liste de tous vos achats effectuées lors d’une visite sur un site de vente en ligne.


Papier salé (tirage au) :
Le papier salé est l'un des papiers photographiques de tirage les plus anciens. Les premiers photographes ont d'abord utilisé le chlorure d'argent (nitrate d'argent combiné au chlorure de sodium) comme sel sensible réagissant rapidement à la lumière par noircissement direct. Le papier salé est tout simplement un papier ordinaire enduit de sel de cuisine et de nitrate d'argent en excès servant à activer l'apparition de l'image en quelques minutes, ou quelques secondes sous l'action de la lumière.
Les épreuves au papier salé ont été abandonnées au profit des papiers albuminés.



Passe-partout :
 Egalement appelée Marie-Louise , le Passe-partout est non seulement décoratif mais évite le contact du tirage avec le verre : maintenu et isolé il ne risque pas de se déformer et de coller au verre en cas de variations hygrométriques. De ph neutre il évince toute éventualité d’acidité et optimise la conservation des tirages argentique. Un fonction du choix de ses dimensions apparaît une nouvelle lecture de la photographie qu'elle agrémente.Les passe-partout biseautés permettent d’aérer les images de petite taille, de leur donner de la profondeur.Dotés d’un fond relié par charnières, ils assurent pour les collectionneurs une bonne tenue et facilite la manipulation des œuvres même non encadrées.


Pedigrée :
le pédigrée d'une oeuvre permet de définir ses origines et ses éléments de reconnaissance officielle ( récompenses, acquisitions ...) Pour un auteur on parlera d'éléments de notoriété.


Photographie originale :
 En matière de photographie, sont réputées oeuvres d’art, et bénéficient comme telles du régime spécial en matière fiscal ( article 297 A à 297 F du CGI ) les photographie prises par l’artiste, tirées par lui ou sous son contrôle, signées et numérotées dans la limite de 30 (trente) exemplaires, tous formats et supports confondus.



Photothèque - Voir Banque d'images :


Pixel, ou point : :
Plus petit élément constitutif d'une image.


Podcast :
Méthode de diffusion de fichiers audios par internet.


Poids :
Le poids d’une image correspond au nombre d’octets, ou de bits, qui la constituent. Pour calculer le poids d’une image, il faut connaître sa définition (ou ses dimensions et sa résolution) et le nombre de bits par pixels (résolution tonale).

Par exemple, pour une image qui mesure 30x40 cm, avec une résolution de 300 dpi, enregistrée en couleurs vraies (16 bits) :
En largeur elle compte 30/2,54*300= 3543 pixels, en longueur elle en compte 40/2,54*300=4724 pixels. Sa définition est donc 3543*4724= 16737132 pixels. Elle est enregistrée en couleurs vraies, il y a donc 16 bits par pixels, c’est-à-dire deux octets par pixels (un octet=huit bits). L’image compte donc 16737132*2= 3347264 octets. 1 ko=1024 octets, 1 Mo = 1024 ko, donc le poids de cette image est 3347264/1024/1024= 32 Mo.



Poids nécessaire et suffisant :
Le poids optimal de l’image doit être défini selon le type de sortie envisagé (shooting, impression numérique, impression offset, image pour le Web…) et dépend de la résolution du matériel de sortie utilisé ainsi que du format final de l’image à restituer.
Un poids de fichier insuffisant laissera apparaître la trame de la pixellisation, et un poids trop important ralentira toutes les opérations sans améliorer la qualité.

Exemples, pour la base d'un format A4 avec une image plein format :
 - Pour une impression Pictrography 400 dpi : 40-45 Mo en RVB.
 - Pour une impression offset couleur, en trame 150 : 35 Mo en CMJN.
 - Pour une impression en Noir&Blanc : 10 Mo en niveaux de gris.



Polapan :
Polaroïd a aussi produit un film instantané noir et blanc appelé Polapan. Polapan est la contraction des mots Polaroïd et Panchromatique.


Polaroïd :
(ou feuille polarisante). Communément appelé « polaroïd », un polarisant ou filtre polarisant est une feuille de matière synthétique employée pour polariser la lumière. Inventé par Edwin H. Land en 1948, il s’agit d’une photographie instantanée sur papier, et plus globalement le terme est utilisé pour désigner les appareils photographiques à développement instantané.
Le matériau de base est la feuille H, polymère de l’alcool polyvinylique (PVA) imbibé d’iode qui par un procédé chimique polarise la lumière parallèlement ou perpendiculairement, ce qui fera naître l’image.
« Polaroid » est une marque déposée de la firme américaine Polaroid Corporation.



Portfolio :
Ensemble des photos exposées en ligne par un membre. Chaque auteur alimente et gère son portfolio dans la rubrique " Mon VOZ'Rezo ", situé dans son Espace perso.


Posemètre :

Instrument généralement optique ou photoélectrique utilisé pour prendre la mesure du niveau de lumière  auquel est exposé un objet ou une scène destiné à une image photographique.


Poussière :
Particule étrangère visible sur un film, dénaturant celui-ci. L’émulsion des négatifs est si fragile que les poussières, une fois déposées, s’incrustent définitivement. Le film n’est alors plus représentatif du travail original.


Profil :
Fichier contenant des informations quant à la reproduction des couleurs par un dispositif comme un scanner, une caméra numérique, un moniteur, ou une imprimante. Il existe normalement deux types de profil : source et sortie.


Profondeur de champ :
Distance délimitant la zone de netteté d’une image, correspondant à la distance entre le premier et le dernier plan de l’image.


Quadrichromie - voir CMJN :


R4 :
 
Le R4 est le Pôle des arts visuels et plastiques de l'ile Seguin,à Boulogne Billancourt  au coeur de la Vallée de la Culture.
Composée d’espaces d’exposition et de galeries,
d’ateliers d’artistes et d’artisans d’art, de salles de vente et d’entrepôts, de plateformes numériques et de plateaux modulables, son architecture, fonctionnelle et polyvalente,

Le projet est porté, conçu et mis en oeuvre par Yves Bouvier, président de la société suisse de logistique et de transport d’oeuvres d’art Natural Le Coultre SA, et Nelly Wenger, fondatrice de Nelly Wenger Associates, ancienne présidente de l’Exposition Nationale Suisse, puis de Nestlé Suisse,



RAW :
Type de format de fichiers d’images numériques brutes, c’est-à-dire n’ayant subi aucun traitement. On appelle RAW tous les formats d’images générées par des appareils tels que scanners, appareils photos…


Rayure :
Défaut sur l’émulsion ou la couche d’un film, non lié à l’exposition photographique.


Ré-échantillonner :
Modifier la résolution d’une image : en supprimant des pixels (ré-échantillonnage vers le bas), ou en ajoutant des pixels par interpolation (ré-échantillonnage vers le haut)


Résolution d’image :
Mesure de la quantité de données contenues dans un fichier image. S’exprime en nombre de pixels par unité de longueur, l’unité la plus répandue étant le dpi. Plus la résolution est élevée, meilleure est la précision, mais l’image devient plus lourde.


Résolution d'imprimante :
Niveau de détail reproduit au tirage de l’image par une imprimante, mesuré en dpi.


Restrictions sur les droits de l’image :
Restriction des droits de licence, pouvant limiter la disponibilité de certaines images à des usages spécifiques, des zones géographiques, un type de cible, etc.


Retouche :
Opération destinée à effacer les éventuels défauts d’une image, pour améliorer sa qualité. Cette opération peut être réalisée en présence de l’auteur, c’est-à-dire en régie.


Rough :
Terme anglais désignant une maquette.


RVB :
Modèle d’affichage de la couleur à partir de sa décomposition dans les trois couleurs primaires de synthèse additive : Rouge, Vert et Bleu. RVB est le modèle de base utilisé pour l’affichage vidéo, notamment sur les écrans d’ordinateur.


SAIF :
Le sigle S.A.I.F désigne la Société des Auteurs des arts visuels et de l’Image Fixe. Créée en 1999 par les auteurs eux mêmes, cette société civile a pour but de défendre et préserver les droits des auteurs des corps de métier suivants : architectes, designers, dessinateurs et scénaristes de bande dessinée, graphistes, illustrateurs, plasticiens, peintres, photographes, sculpteurs.


Saturation :
Proportion de gris contenue dans une couleur. Plus la couleur est saturée, moins elle contient de gris.


Scanner (ou Scan) :
Appareil d’acquisition utilisé pour la numérisation, qui utilise un rayon lumineux pour analyser point par point le document (image...) à reproduire.


Séparation des couleurs :
Séparation, au moyen de filtres, des composants CMJN d’une image pour permettre son impression en quadrichromie. Les couleurs peuvent être séparées sur un ou plusieurs films


Série limitée :
La limitation en série à 30 exemplaires permet de définir la notion de tirage original.


Serveur :
Ordinateur ou programme informatique, relié à un réseau grâce auquel des ordinateurs ou programmes appelés clients peuvent se connecter à lui pour bénéficier d’un service comme le stockage de fichiers, l’hébergement d’un site Web, etc.


Signaler un abus :
Représentée par le picto , cette fonction permet aux membres et visiteurs d'alerter l'équipe de VOZ'Image à propos d'un contenu illicite ou pouvant choquer.


Solarisation :
appellé également « effet Sabatier » (1862), ce procédé est une inversion partielle des tons, obtenue par la réexposition du film pendant la phase de développement.


Soumission :
Envoi d’images par un artiste à une agence, une galerie ou une banque d’image pour permettre à cette dernière de les examiner avant de les accepter.


sténopé :
Le sténopé est un dispositif optique  simplissime permettant d'obtenir un appareil photographique dérivé de la camera obscura. Il s'agit d'un simple trou, de très faible diamètre. Par extension on appelle ainsi l'appareil photographique utilisant un tel dispositif.

Suppression :
VOZ'Image se réserve le droit de supprimer une image du VOZ'Rezo dans le but d'optimiser qualitativement et visuellement le site.
La suppression consiste en l’opération par laquelle VOZ’Image fait disparaître définitivement une image dans la totalité des rubriques du site, si cette image ne correspond pas aux critères requis dans le VOZ’Reso, ou est succeptible de violer les conditions d’utilisation du site.


Surexposition :
Exposition du film à une quantité trop importante de lumière. Elle produit un négatif trop foncé, ou une image inversée trop claire.


Surimpression :
  Technique consistant à superposer deux scènes sur une même image.


Suspension d'une image :
VOZ'Image se réserve le droit de suspendre une image des "mises en avant" (les plus récentes...) du VOZ'Rezo dans le but d'optimiser qualitativement et visuellement le site.
 La suspension consiste en l’opération par laquelle VOZ’Image fait disparaître
une image des "mises en avant" dans la rubrique « les plus récentes... » du VOZ'Rezo dans le but d'optimiser qualitativement et visuellement le site, dans ce cas l’image reste accessible dans le portfolio de l’auteur.




TCP-IP :
Famille de protocoles de communication utilisés sur internet, assurant la bonne circulation des données dans le réseau.


Téléchargement :
Opération de transfert de données d’un ordinateur à un autre via un canal de transmission, en général Internet.


TIFF (tagged image file format) :
Format de codage des images, utilisant une méthode de compression qui n’altère pas l’image et donc permettant l’échange d’images de haute qualité.


Tirage à la gomme bichromatée :
 La gomme bichromatée est un procédé photographique non argentique inventé au xixe siècle, consistant à utiliser de la gomme arabique et du bichromate de potassium.
C'est un moyen d'intervenir directement sur une image, d'en donner une interprétation personnelle.
C'est surtout un procédé qui permet de travailler à la fois avec les outils du peintre et ceux du photographe : les pinceaux, les pigments et les négatifs.
c'est une composition d'images obtenue par la superposition successive de chaque couche colorée. Chacune des couches est ensuite insolée et dépouillée dans un bac d'eau. Chaque dépouillement3 s'effectue avec toute une série d'outils à adapter soi même, ce qui constitue une phase de création indéniable et donc d'interprétation. C'est précisément dans le geste du dépouillement qu'apparaît le caractère singulier de la gomme bichromatée loin du mouvement mécanique et de la reproduction à l'infini qui confère au tirage d'art son caractère unique.


Tirage au Charbon :
 Le procédé au charbon direct repose sur le principe élaboré en 1899 par Théodore-Henri Fresson : une couche de gélatine sensibilisée au bichromate de potassium ou d’ammonium devient insoluble lorsqu’elle est soumise aux UV, cette insolubilité étant proportionnelle à la quantité de lumière reçue. Cette propriété subsiste si, à ce mélange de gélatine et de bichromate alcalin, sont ajoutées des couleurs indélébiles. Ainsi, à la lumière sous un négatif, les parties correspondantes aux transparences du cliché seront insolubles, tandis que les parties cachées par les opacités du cliché resteront solubles. Il en résultera une image positive comprenant la gamme allant du noir au blanc en passant par les demi-teintes intermédiaires.

Tirage contact :
procédé consistant à disposer des négatifs directement au contact d'un papier photographique, avant d'exposer le tout à la lumière provenant de l'appareil de tirage (« tireuse »). Le résultat est appelé planche contact. Cette opération permet de sélectionner les négatifs à tirer par la suite et d'estimer le travail à effectuer tant au tirage qu'à la retouche éventuellement.


Tirage d’auteur :
La stricte définition de l'oeuvre originale en matière de photographie est donnée à l'annexe III, article 98A, du Code Général des Impôts : " Photographies prises par l'artiste, tirées par lui ou sous son contrôle, signées et numérotées dans la limite de trente exemplaires tous formats et supports confondus ".


Tirage d’époque :
signifie que l’épreuve a été à une époque qui suit immédiatement celle de la prise de vue (on considère généralement qu'un intervalle de quelques années est compatible avec cette qualification).


Tirage d'art :
Un tirage d'art est la matérialisation sur tout type de support et plus souvent le papier de la photographie réalisée par un auteur photographe. En matière de photographie, sont réputées oeuvres d’art, et bénéficient comme telles du régime spécial en matière fiscal ( article 297 A à 297 F du CGI ) les photographie prises par l’artiste, tirées par lui ou sous son contrôle, signées et numérotées dans la limite de 30 (trente) exemplaires, tous formats et supports confondus.


tirage fine art :
Il s’agit d’une épreuve pigmentaire sur support noble. La technique utilisée est une projection d’encre, la couleur est obtenue grâce au pigment comme en peinture. Les encres ne sont pas élaborées à base de colorants qui s’altèrent à la lumière et à l’air mais à base de pigments encapsulés. Ces derniers sont beaucoup plus résistants aux agressions chimiques externes. Le papier quant à lui est un papier d’Art adopté par les artistes peintres du monde entier. Il est fabriqué sans acide et a reçu un traitement spécifique adapté à la technique de “giclée d’encre”. Il supporte des taux d’encrages élevés qui permettent d’obtenir des noirs profonds, veloutés et détaillés. La société qui le fabrique a été fondée en 1584, et elle est depuis une référence absolue dans la fabrication du papier pur coton “blanc neige”.
Le tirage Fine Art c’est donc à travers différents papiers, la possibilité d’offrir à une œuvre un choix de supports originaux pour s’exprimer.
Un tirage FineArt, c’est aussi la possibilité pour les auteurs de sortir des séries limitées, numérotées, estampillées.Ainsi vous découvrirez des tirages d’exception dont le couple encre/papier vous garanti une durée de vie optimale.


Tirage Fresson © :
 Le procédé au charbon direct repose sur le principe élaboré en 1899 par Théodore-Henri Fresson : une couche de gélatine sensibilisée au bichromate de potassium ou d’ammonium devient insoluble lorsqu’elle est soumise aux UV, cette insolubilité étant proportionnelle à la quantité de lumière reçue. Cette propriété subsiste si, à ce mélange de gélatine et de bichromate alcalin, sont ajoutées des couleurs indélébiles. Ainsi, à la lumière sous un négatif, les parties correspondantes aux transparences du cliché seront insolubles, tandis que les parties cachées par les opacités du cliché resteront solubles. Il en résultera une image positive comprenant la gamme allant du noir au blanc en passant par les demi-teintes intermédiaires.

Tirage Lambda :
(ou Lightjet) est considéré comme la technologie numérique la plus avancée, pour produire des images sur papier argentique à partir d'un fichier numérique. Les tirages lambda produisent des photos d'une précision inégalable, des tons continus et un rendu naturel des couleurs.


Tirage numérique :
Il existe différents types d'impression numérique: laser, jet d'encre...
L'impression numérique par jet d’encre peut s'utiliser sur différents supports : papier, matière plastique, toile... Avec ce procédé, une goutte ou un jet continu d’encre liquide est évacué de son réservoir grâce à un phénomène de surpression. La qualité d'impression dépend donc de la technique mais aussi de la qualité de l'encre utilisée et du support d'impression choisi.
L’impression numérique laser reproduit des compositions de textes et graphiques, avec des fontes de caractères variées et des images tramées. Les imprimantes laser utilisent une poudre noire, le toner.
Les avantages de l’impression laser sur l’impression à jet d’encre, comprennent une meilleure résolution, l’absence d’éclaboussures, et un coût plus faible. La vitesse d’impression est plus rapide, car la page est traitée directement dans son ensemble, alors qu’un dispositif jet d’encre imprime une série de bandes étroites rapprochées. Cependant, les imprimantes numériques laser noir et blanc produisent toujours des images tramées et, sauf les modèles haut de gamme, sont moins performantes dans la reproduction d’images à ton continu telles que les photographies.
Il existe des papiers conçus spécifiquement pour l’impression numérique au laser : des papiers avec une surface ultra-lisse et une brillance élevée qui procurent un meilleur rendement sur presse et des résultats optimaux. Comme la versatilité des couleurs est limitée en comparaison d’une impression offset, l’impression numérique au laser n’est pas recommandée pour les travaux où l’exactitude de la couleur est déterminante.



Tirage original :
épreuve définitive réalisée par l'artiste, ou sous contrôle direct de celui-ci. Il s’agit en général d’un tirage ultérieur effectué à partir du négatif original longtemps après la prise de vue, par le photographe lui-même ou sous son contrôle.


Tirage platine :
(ou platinotype), procédé de tirage photographique élaboré dans les années 1870-80 par William Willis qui fondera la Platinotype Company afin de commercialiser les premiers papiers au platine. Ce type de tirages, bien qu’appréciés par les photographes professionnels de l’époque, est très coûteux ; la production sera donc rapidement arrêtée dés le début du XXe siècle.
Le tirage platine est une méthode d’impression par contact. Lent, il faut utiliser de grands négatifs et une lumière UV. Sensibilisé par un mélange de chloroplatinite de potassium et de sels ferriques, le papier est exposé au contact avec le négatif. L’image, ainsi traitée dans une solution d’oxalate de potassium est formée de platine métallique, aura une tonalité noir neutre. Il existe des variantes à cette technique, notamment la kallitypie qui consiste à sensibiliser le papier avec une solution contenant un sel ferrique et du nitrate d’argent. Cette technique de tirage a l’avantage d’être très résistante au temps ; la conservation est estimée entre plusieurs centaines d’années à la durée de vie du papier lui-même.



Tirage positif direct :
Ce procédé désigne des images photographiques positives obtenues directement à la prise de vue, c’est-à-dire qu’il n'y a pas d'intermédiaire négatif, ce sont donc des photographies uniques. Les ambrotypes, les daguerréotypes, les ferrotypes, les pannotypes sont des positifs directs.
Plus récemment, de nouvelles émulsions dites "autopositives" ont été introduites pour simplifier les opérations de duplication des images.



Tirage Vintage :
Tirage original d’époque ou contemporain à la prise de vue. A ne pas confondre avec une épreuve de lecture, même d’époque, qui ne reste dans la plupart des cas, qu’un brouillon. Le tirage d’époque n’est pas toujours un tirage définitif d’époque. Plusieurs définitions plus ou moins restrictives sont possibles, pour certain, la réalisation sera « vintage » si l’artiste y a une participation active.
un tirage vintage est également un tirage réalisé dans le passé avec les techniques propres à l'époque de sa réalisation et qui ne peut être reproduit à l'identique par les moyens techniques contemporains. Son ancienneté lui confère alors son caractère unique et non reproductible.


Transfert polaroïd :
Depuis plusieurs années, les développeurs professionnels et photographes utilisent les caractéristiques uniques de cette technologie de la photographie instantanée pour créer des images d’une texture différente. Le procédé implique l’utilisation d’un papier aquarelle à la place de la surface d’impression standard fournie par Polaroid. L’image est donc transférée sur un papier à la surface
« grossière » et prend un aspect et un toucher très différent d’une impression Polaroid classique. Utilisée généralement pour son attrait artistique, cette technique n’est pas toujours prévisible et il est souvent difficile de répéter le succès des résultats précédents. Il existe trois problèmes majeurs : les zones sombres de l’image ne se transfèrent pas toujours sur la nouvelle surface, les couleurs et les détails de l’image « débordent » et il est difficile de savoir si l’impression finale sera foncée ou claire.



UPC :
Union des Photographes Createurs. Cette organisation professionnelle défend les droits des photographes auteurs. L’UPC se donne pour but de promouvoir la profession de photographe et de veiller aux intérêts de ces derniers, de défendre les auteurs, d’améliorer les conditions d’exercice de cette profession. L’association représente également les photographes auprès des pouvoirs publics ainsi que dans les organisations nationales et internationales.


Upload :
C'est l'action de transfert des images de l'ordinateur de l'auteur vers le site VOZ'Image.

URL ( ou adresse Web) :
Données permettant l’accès à des informations sur Internet au moyen d’un navigateur Web.


Usage commercial :
Utilisation d’une image à des fins commerciales, par exemple en publicité.


Usage éditorial :
Utilisation d’une image à des fins éditoriales, par exemple pour l’illustration dans la presse ou l’édition.


Usage illimité :
Licence permettant de bénéficier des droits de reproduction d’une image dans le cadre d’un usage, une industrie, une zone géographique et une durée spécifiés, sans limitation en ce qui concerne le format, l’emplacement, la distribution ou la diffusion.


Utilisation :
Catégorie d’applications dans laquelle on peut reproduite une image sous licence.


Vallée de la culture :
 la Vallée de la Culture et un programme de développement de projets culturels et artistiques multidisciplinaires sur le parcours départemental de la Seine allant de la boucle de la Seine d'Issy-les-Moulineaux à Nanterre. L'idée de « culture pour tous » est au cœur du projet porté par le conseil régional des hauts de seine.


Verre acrylique :
 Scientifiquement appelé méthacrylate, il s'agit d'un verre organique diffusant la lumière, un matériel ressemblant à la matière plastique qui simule une finition de verre.
Plus résistant que le verre, il offre une protection maximale à la photographie. L’œuvre est parfaitement préservée de la poussière, des risques d’ondulations, de l’oxygène et des rayons ultraviolets. L'image ne se décolore pas à la lumière.
Cette solution d’exposition confère par ailleurs une netteté d'image inégalée avec des couleurs très intenses et renforce le contraste et la profondeur de la photographie, la rendant encore plus « présente » dans l’espace. Chaque détail est mis en valeur même dans les plages sombres de l’image.


Vignette :
Image de basse définition, de taille inférieure à 110x110 pixels, permettant une prévisualisation de l’image. L’exploitation d’une vignette est interdite.


Visionneuse :
Les visionneuses sont des espaces de travail en ligne qui permettent de sauvegarder une sélection d’images. 


VOZ'Image :
VOZ’Image est une banque d’images, une galerie d’art et une communauté, appelée VOZ’Rezo, dédiées à la photographie d'auteur.



VOZ'Rezo :
VOZ’Rezo est la communauté des auteurs-photographes de VOZ’Image. VOZ’Rezo, fonctionne comme "révélateur de talents" et lieu de réception de candidatures pour rejoindre les auteurs de la Galerie d’art et de la Banque d’images.
Notre communauté est ouverte à tous les auteurs-photographes : auteurs en début de leur chemin d'auteur ou photographes confirmés.
Les auteurs peuvent gratuitement vos portfolios en mettant en ligne les images qui caractérisent le plus leur travail. Elles seront peut-être sélectionnées.


Web (ou World Wide Web) :
Système hypertexte public permettant l’accès à des informations sur Internet, sur des sites Web, grâce à un navigateur Web.

 
Haut de page


"Banque d'images" spécialisée dans la photo d'illustration créative destinée à la vente en ligne de droits d'auteur et de tirages d'art,
dédiée aux utilisateurs professionnels et à la communauté des amateurs de photographies argentique et numérique.